Gloutons & Dragons tomes 1 et 2

Attention cet article est un repost de l’ancien blog. En dehors de sa mise en page et de quelques passages il est identique à celui qui fut publié en septembre 2017.

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve en ce début de semaine non pas pour la rentrée des classes (pour celles et ceux qui ont repris), mais plutôt pour parler d’un manga qui cartonne au Japon et qui est sorti récemment en France.

Gloutons & Dragons (ou de son nom originel Dungeon Meshi) est un seinen mêlant héroïc-fantasy et gastronomie de Ryoko Kui prépublié dans le magazine Harta de Enterbrain et publié en France chez Casterman. 5 volumes sont parus au Japon depuis 2015 tandis que les 2 premiers volumes sont parus chez nous, et c’est de ceux-là dont on va parler aujourd’hui.

Quand je dis que ce manga cartonne au Japon je pèse mes mots !! Réussir à passer les 400 000 exemplaires vendus en 2 semaines pour son 5ème volume n’est pas donné à tout le monde, et c’est d’autant plus surprenant qu’il n’y a pas d’anime derrière et que le manga vient d’une maison d’édition pas si connue que ça (je parle de la maison d’édition VO …). Du coup, moi qui suit le Top Oricon régulièrement j’ai été intrigué par ce succès commercial et j’ai donc décidé d’acheter les deux premiers tomes déjà parus chez nous.

Gloutons & Dragons tomes 1 et 2

Auteure : Ryoko Kui

Éditeur : Casterman

Parutions : 17 mai 2017 et 23 août 2017

Synopsis : Votre équipe d’aventuriers affamés se retrouve privée de provisions en pleine exploration d’un donjon infesté de monstres. Dépêchez-vous ! L’un de vos compagnons vient d’être dévoré par un dragon. Quand le monstre l’aura entièrement digéré, vous ne pourrez plus le ressusciter ! Et si la réponse était là, sous vos yeux ? Pleine de griffes ou de crocs, de poils ou d’écailles, de tentacules ou de pinces … mais appétissante, non ? Gloutons & Dragons, le manga qui invente la gastronomic fantasy !

 

C’est sûr que quand on mêle héroïc-fantasy et gastronomie on obtient un résultat des plus inattendus. Même en ayant lu le synopsis je ne m’attendais pas à ce qu’on parle uniquement de bouffe !! Ainsi chaque chapitre nous présente les différents plats que nos héros vont ingurgiter … Après tout il faut bien survivre !!

On se croirait en fait dans un jeu vidéo, où on croise divers monstres ou autres inventions de l’auteure, mais au lieu de simplement les trucider nos héros les mangent après les avoir neutralisé. Et c’est justement sur la confection des plats qu’on se concentre !!

La super idée de l’auteur a été de créer des compétences aux plats. Vous savez, dans les jeux vidéos de ce genre, les personnages cherchent à acquérir divers compétences, en remplissant un pentagone où chaque bout représente une compétence (ça peut être force, magie, des caractéristiques spéciales, …). Les plats qui nous sont présentés en possèdent, et ces compétences représentent ce qu’ils apportent comme nutriments au corps et dans quelle quantité. Plus le pentagone sera plein et plus le plat présenté sera riche pour le corps.

dav
Petit exemple

Et je trouve cette idée tout bonnement géniale !! Car avec ça le manga a encore plus ce petit côté jeu vidéo, un petit côté qu’il a également grâce aux personnages !!

Exit les monstres en tout genre, notre petite troupe est composé d’un chevalier, d’une elfe maîtrisant la magie et d’un nain (à priori c’est pas bien expliqué) et sont rejoints dès le premier chapitre par un vieil homme barbu qui semble bien connaître le donjon. J’en ai pas parlé du donjon mais comme dit dans le synopsis l’autre camarade de notre petite troupe s’est faite manger par un dragon et il faut aller la secourir au plus vite, car quand elle sera digérée c’en sera fini pour elle !! Malgré tout, ils ont plutôt l’air de prendre leur temps …

Le donjon semble être très profond. On ne sait pas exactement quand leur camarade sera digérée, du coup on ne sait pas quand cette quête prendra fin. Mais même si on sent la progression des personnages dans le donjon, l’essentiel se concentre tout de même sur les plats qu’ils mangent et qui varient au fil de leurs rencontres.

 

D’ailleurs, même si on nous montre la confection des plats n’espérez-pas pouvoir les manger un jour, ils sont pour la quasi-totalité impossibles à reproduire, souvent parce que les ingrédients utilisés n’existent pas dans la réalité. Et puis même s’ils existent je pense que vous n’avez aucune envie de manger des pièces de monnaie !! Gloutons & Dragons a son propre univers gastronomique et c’est probablement ça qui le rend plus original.

Outre le mélange de deux thèmes qui ne se ressemblent pas du tout, les plats tout aussi variés les uns des autres ou les ingrédients venant de la création même de l’auteur rendent ce manga encore plus intéressant. Si on ajoute à ça que les personnages sont attachants et sympathiques à suivre, et qu’on a une quête à résoudre (il y a quand même quelqu’un à sauver au final), alors on obtient une belle réussite dans ce joli mélange entre différents univers qu’on ne pensait pas qu’ils pourraient se rencontrer.

 

Il y a malgré tout un manga qui a tenté de faire la même chose quelques années plus tôt, un manga bien plus connu chez nous, prépublié dans le Shonen Jump et qui a eu droit à un anime de 147 épisodes … Je veux bien sûr parler de Toriko !! A l’instar de Gloutons & Dragons, Toriko avait, dès 2008, tenté un drôle de mélange entre shonen nekketsu et gastronomie. Ainsi on suivait Toriko dans sa quête du menu parfait, rassemblant les différents plats qu’il jugeait comme étant les meilleurs. Et à l’instar de Gloutons & Dragons, Toriko avait crée son propre univers gastronomique en créant divers monstres, fruits, … même si le délire semble moins poussé qu’ici.

Justement si Toriko n’a pas eu le même succès que Gloutons & Dragons au Japon c’est certainement parce qu’il s’agissait d’un shonen nekketsu classique. Non pas que l’héroïc-fantasy ne soit pas présente dans l’univers manga (Fairy Tail, Seven Deadly Sins, Black Clover, Berserk, …) mais plutôt parce que le genre nekketsu est complètement dépassé (surtout à la fin des années 2000) et que Toriko reprend des codes qui le rapprochent des shonen des années 90. Puis Toriko était surtout hyper répétitif, je n’ai pas eu le courage d’aller au delà du 6ème tome mais quand les 3/4 premeirs sont déjà hyper répétitifs ce n’est pas bon signe et c’est certainement ça qui explique que Toriko n’ait jamais été un grand succès au Japon, malgré l’énorme com qu’il a reçu (Toei voulait en faire l’égal de One Piece pour tout vous dire …).

Et justement, la seule crainte que je peux avoir autour de Gloutons & Dragons c’est que l’histoire ne devienne trop répétitive. Car on peut résumer les deux tomes à ce que j’ai dit au-dessus.Si le manga cartonne au bout de 5 tomes, qu’en sera-t-il au bout de 10 ?? La lassitude peut faire s’écrouler le succès d’une oeuvre à force de toujours nous servir la même chose, espérons que Gloutons et Dragons ne tombe pas dans le piège.

 

En tout cas après 2 tomes ce manga est une belle découverte et je vous invite vraiment à vous pencher dessus car il vaut le détour !!

Mes notes :

Tome 1 : 15/20

Tome 2 : 16/20

Le tome 3 sortira le 11 octobre prochain et je ne risque pas de le louper !!

(Aujourd’hui 6 volumes sont parus, le septième est prévu pour juin 2019)

 

Merci d’avoir lu cet article. J’espère qu’il vous a plu, n’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

4 commentaires sur “Gloutons & Dragons tomes 1 et 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s