Double dose Nakaba Suzuki – Seven Deadly Sins tome 33 / Blizzard Axel tome 1

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve aujourd’hui pour parler des deux volumes estampillés Nakaba Suzuki sortis cette semaine. L’un des deux est d’ailleurs un de ses (nombreux) précédents mangas …

 

Seven Deadly Sins 33 vf

Seven Deadly Sins tome 33

Auteur : Nakaba Suzuki

Éditeur : Pika Édition

Parution : 04/06/2019

Synopsis : Estarossa s’est tellement pris d’affection pour Elizabeth qu’il l’enlève ! Les êtres ailés partent à sa poursuite jusque dans les cieux pour l’empêcher de commettre un nouveau crime. De son côté, Ban s’est jeté au cœur du purgatoire pour sauver les sentiments de Meliodas qui y sont enfermés. Englouti par les ténèbres éternelles, il s’est tranformé en bête sauvage.

Quel sera le destin de l’immortel, pris au piège dans une dimension qui ronge jusqu’à l’âme de ceux qui s’y égarent ? La Guerre Sainte qui ébranle la terre et le ciel prend un tournant inattendu !

Tome précédent

Mon avis : La Guerre Sainte opposant les démons aux déesses a repris 3 000 ans après son arrêt. Après s’être débarrassé de Monspiet, Estarossa poursuit Derrierie et tombe sur le groupe mené par les Archanges et les Seven Deadly Sins. Parmi eux se trouve Elizabeth, dont Estarossa est follement amoureux. Ayant absorbé plusieurs préceptes, Estarossa commence à perdre la raison et kidnappe la princesse …

 

Je vous dis depuis un moment que la qualité de Seven Deadly Sins baisse drastiquement après le début de la Guerre Sainte. Mais il faut tout de même faire un aparté sur un passage en particulier qui occupe bien la moitié de ce tome et qui a un impact majeur sur le reste : le Purgatoire …

 

Tome 30, alors que Meliodas, après avoir perdu les derniers sentiments qui lui reste, décide de rejoindre le clan des démons pour en devenir le roi, les autres Deadly Sins décident de le sauver. Ban se porte alors volontaire pour se rendre là où ses sentiments ont été envoyés : dans le Purgatoire.

Ce passage, bien qu’un poil rapide, est monstrueusement génial pour de nombreux points : des révélations fracassantes qui s’enchaînent à la vitesse de l’éclair et qui permettent de comprendre, encore une fois, que Nakaba Suzuki a tout prévu depuis le début, qu’il sait ce qu’il fait et avance dans une ligne directrice.

Ban et Meliodas transpirent la classe intergalactique durant tout ce passage, le Roi des démons en impose, le nouveau personnage qui apparaît est immédiatement attachant de par son statut, son apparence et son objectif.

 

Et cela a un impact direct sur la bataille en cours, celle qui oppose Stigma à un Estarossa fou à lier. Un Estarossa dont on peut penser que les révélations sortent de nulle part vu la manière dont elles sont amenées. Pourtant même là Nakaba Suzuki révèle son génie … Il suffit de remonter longtemps en arrière, au tome 14, lors de la première apparition des Ten Commandments, pour se rendre compte que le plan autour du frère de Meliodas était déjà prévu.

Cela donne un point d’appui sur l’une des questions principales de l’intrigue : l’entente entre espèces. Le fait d’appartenir à une race différente nous empêche-t-il de nous aimer ? L’élimination de l’autre, parce qu’il est différent, est-elle la meilleure manière d’appaiser les tensions ?

Plusieurs fois dans ce volume, on repose les questions qui étaient déjà posées lors du « flashback-entraînement de King et Diane ». Pour rappel ils avaient été transportés 3 000 ans en arrière, en pleine Guerre Sainte, dans les corps respectivement de Gloxinia et Dolor. Ils ont alors pu découvrir l’horreur de la guerrre, la vraie, de la haine des déesses envers les démons et inversement, mais aussi de l’infâme cruauté qui régnait à cette époque avec ces nombreux retournements de situation amenant à des conclusions tragiques … dont les répercussions sont encore fortes aujourd’hui.

C’est d’ailleurs de ce passage que se trouve l’explication des agissements de chacun ici, de leur mode de pensée, de leur décision face à une situation virant de bord d’un coup net …

 

Je vais revenir plus longuement sur quelque chose que j’ai dit dans l’article sur le tome 32 : la lecture de Seven Deadly Sins me paraît beaucoup plus appréciable en volume relié qu’en scan. Cela s’avère encore une fois vrai ici car, excusez du relâchement dans mes propos, j’ai pris mon pied en lisant ce tome de l’entrée dans le Purgatoire à la dernière page !! Alors qu’en scan ils m’ont paru bons, très bons pour certains, mais moyens pour les autres …

La raison n°1 vient de la quantité à lire, bien plus grande ici. Ensuite je pense à un fait qui s’avère vraiment réel : Seven Deadly Sins, de par son rythme effréné, est fait pour être lu en volume relié, car ne proposant que peu d’informations par chapitre (ça dépend lesquels bien sûr). L’histoire est la même, les sensations qu’on en garde sont juste bien meilleures, car on sent que les choses avancent. En scan le combat contre Estarossa m’a paru plat et surtout lent du début jusqu’à la fin. Ici je ne peux pas en dire autant vu comment la situation change entre la première et la dernière page de ce tome …

Du coup qui sait comment la suite pourra être appréciée … Même si vu le niveau …

 

En conclusion vous l’aurez donc compris, ce tome 33 de Seven Deadly Sins est à ranger parmi les tomes d’anthologie de la série, encore un !! Ce tome est du même niveau que les chefs d’œuvres numéros 6, 7, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 18, 19, 22, 23, 24, 25, 26, 28 et 30 : à savoir au sommet de ce qui peut se faire en terme de qualité d’écriture, de narration, d’action et d’émotion !! Une nouvelle preuve que Seven Deadly Sins est incontestablement mon manga préféré, mon numéro 1 depuis plus de quatre ans et pour longtemps …

Ma note : 19,5/20

 

Seven Deadly Sins 34 vf.jpeg

Il faudra attendre le 21 août prochain pour mettre la main sur le 34ème volume du manga de Nakaba Suzuki.

 

 

Blizzard Axel tome 1 vf

Blizzard Axel tome 1

Auteur : Nakaba Suzuki

Éditeur : Nobi Nobi

Parution : 04/06/2019

Synopsis : Moi, c’est Fubuki Kitazato et j’suis un collégien en 5e. Je me bagarre pour attirer l’attention d’mes camarades… J’en suis à cent victoires d’affilée, pas mal hein ? Mais bon, ça n’a pas l’air super efficace car personne me regarde… Sauf qu’un jour, j’ai découvert le patinage a… acoustique ? Ah non, le patinage artistique ! C’est ça ! Et quand j’ai sauté, les patins aux pieds, tout le monde avait les yeux rivés sur moi pour la première fois d’ma vie !! C’était dingue ! Alors c’est ce que je veux faire. Du patinage, ouais ! Et le monde entier assistera à mes exploits !!

Mon avis : Dans la vie de tous les jours Fubuki Kitazato fait tout pour se faire remarquer, allant jusqu’à se battre face à n’importe qui. La raison est simple : il est ignoré de tout le monde, même de ses parents qui ne voient en lui qu’un boulet incomparable à ses trois frères à qui tout réussit. Alors qu’il est en cinquième Fubuki, accompagnant ses deux amis à la patinoire, réussit à attirer l’attention du public le temps d’un tour de piste. Il décide alors de tenter sa chance dans le patinage artistique …

 

Si il y a bien une chose que je réclame depuis des années c’était la possibilité de lire un autre manga de Nakaba Suzuki, car ce mangaka a certainement connu le parcours le plus atypique de l’histoire avant d’arriver à l’immense succès de Seven Deadly Sins. Si Kongoh Bancho a bien été publié en France (chez Kana), sa publication a été arrêtée aujourd’hui et la série n’est plus disponible. Celui que l’on découvre ici grâce à Nobi Nobi est encore plus ancien, datant de 2005, et nous parvient grâce à la nouvelle édition publiée initialement chez Kodansha l’année dernière : Blizzard Axel !!

Si il y a bien une chose que l’on reconnaît au premier coup d’œil c’est le trait du mangaka, si unique et reconnaissable entre mille. On y retrouve la même patte que dans les premiers tomes de Seven Deadly Sins, tant dans l’apparence des personnages que dans l’aspect visuel des lieux, alors qu’on est encré dans le réel ici et non pas dans un monde fantastique.

 

Mais les ressemblances s’arrêtent là, car en dehors on tombe sur un manga de sport tel qu’on les connaît, avec les valeurs que ce genre véhicule. Pourquoi aimes-tu ce sport ? Pourquoi souhaites-tu le pratiquer ? Quelle est ta vision de ce sport ? Etc … Plus on avance et plus le patinage gagne en importance au fil des pages. Il nous transporte, nous fait voyager en même temps que les personnages eux-mêmes vibrent face aux chorégraphies auxquelles ils assistent. On ressent facilement toute la puissance, la grâce qui ressort de ce sport, de cet « art », bien aidé par ce style rugueux qui fait toute la fabrique des mangas de Suzuki.

De son côté l’histoire en elle-même est assez classique mais se révèle vite entraînante. On accroche facilement aux personnages, à leur folie, leur envie d’entrer dans un monde fermé de toutes leurs forces. Le réalisme représenté, de par les choix audacieux de l’auteur qui aurait pu tomber dans la facilité, sont également à féliciter et renforcent notre envie de poursuivre l’aventure.

 

L’édition proposée par Nobi Nobi est très propre, je regrette juste la transparence des pages, dont on peut voir quelques détails avant de tourner la page, mais il ne s’agit que d’un détail. La couverture est très sobre, mais identique à celle de la version japonaise, dessinée dans un style plus récent de Nakaba Suzuki, rapprochant davantage le visage de Fubuki de celui de King de Seven Deadly Sins.

 

En conclusion c’est un grand oui pour le premier volume de Blizzard Axel, entraînant et dynamique de la première à la dernière page dans le pur style Nakaba Suzuki. Certes l’auteur n’en était pas à son premier coup d’essai mais on sentait déjà tout le talent qu’il a pour contruire une bonne histoire …

Ma note : 16,5/20

 

Le tome 2 est prévu pour le 4 septembre prochain. Cette édition « Kodansha » est compilée en six volumes alors que le manga compte de base 11 tomes.

 

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

Publicités

16 commentaires sur “Double dose Nakaba Suzuki – Seven Deadly Sins tome 33 / Blizzard Axel tome 1

  1. Je suis en retard sur Seven Deadly Sins, mais par contre j’ai découvert Blizzard Axel et j’ai adoré !
    J’en ai parlé il y a quelques jours d’ailleurs tant ce premier tome m’a emballé 😍

    Aimé par 1 personne

    1. Euh … non. En fait j’ai toujours aimé ce tome 33. Le problème que j’ai avec l’arc de la Guerre Sainte vient ensuite …
      Puis le manga étant proche de la fin on n’a plus grand chose à espérer.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s