Ace of Diamond : la loi du suspens

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve pour un article que je vous promets depuis au moins six mois et qui va se tranformer en chronique étant donné que j’ai terminé l’anime en question … Aujourd’hui nous allons parler de l’adaptation anime d’un manga de sport célèbre au pays du Soleil Levant, mais qui n’a jamais atterri dans les librairies françaises. Un manga qui, à force de suivre ses performances et son magazine de prépublication, a fini par me faire de l’œil, même si je n’ai pas eu d’autre choix pour rester dans la légalité, que de regarder son anime …

 

Ace of Diamond anime affiche

Ace of Diamond

Manga Original : Yuji Terajima

Réalisateur : Mitsuyuki Masuhara

Scénariste : Takeshi Konuta

Compositeur : Frying-Pan

Studios : Madhouse/Production I.G

Nombre d’épisodes : 126 (saison 1 = 75, saison 2 = 51)

Diffusion : 6 octobre 2013 – 28 mars 2016

Licence : Crunchyroll


Synopsis : L’équipe de baseball du collège Akagi termine sa saison sans une seule victoire. Son lanceur, Eijun Sawamura, est impatient de prendre sa revanche avec ses coéquipiers, une fois au lycée. Mais il reçoit la visite d’une représentante du lycée réputé Seido qui veut le recruter. Peu enclin à quitter ses amis, il va quand même visiter les installations de Seido, où il rencontre un receveur de génie, Kazuya Miyuki. Cette rencontre va changer son destin et, après avoir reçu les encouragement de sa famille et de ses amis, il décide de rejoindre cette équipe. Dans une équipe d’élite rassemblant des lycéens du pays entier, Eijun va devoir se faire une place et viser le tournoi national avec ses nouveaux coéquipiers. 


Les raisons qui m’ont poussé à commencer Ace of Diamond sont simples. De par son origine, vous savez certainement que j’ai une affection toute particulière pour son magazine de prépublication, et de par le genre auquel il appartient il m’intéresse de base depuis plusieurs années. Mais le manga n’est jamais sorti en France et j’ai profité du lancement en anime de sa suite (dont on ne parlera pas ici) pour le débuter sous ce format.

Globalement je m’attendais à tomber sur un titre sportif assez classique ou le/les héros intègrent une équipe et se fixent comme objectif de remporter le tournoi national pour devenir les meilleurs … Et ça ne loupe pas, cependant il y a plusieurs points de développement qui vont bien au-delà de cet aspect sur lesquels on va revenir et qui permettent à ce titre de se démarquer de la concurrence, et qui en font pour moi un titre à découvrir …

 

Des personnages charismatiques et intrigants

Eijun Sawamura.jpg

Nous suivons donc l’histoire d’Eijun Sawamura, qui pratique la baseball au poste de lanceur avec ses camarades dans le collège Akagi, en pleine campagne. Mais bien qu’il semble prendre du bon temps son collège est loin d’avoir un bon niveau, terminant sa saison sans aucune victoire.

Que ce soit pour Eijun ou ses camarades il est clair qu’ils prendront leur revanche une fois arrivés au lycée. Cependant Eijun est accosté par Rei Takashima, recruteuse du prestigieux lycée Seido de Tokyo, qui a décelé en lui un énorme potentiel.

Miyuki Kazuya.jpg

Si Eijun refuse dans un premier temps ses avances il finit par accepter de visiter les installations du lycée. C’est là qu’il fera la rencontre d’un receveur de génie, Miyuki Kazuya, qui décide après un différent avec un autre membre de l’équipe de le tester. Pour Eijun à partir de ce moment rien ne sera comme avant …

 

L’histoire de notre personnage principal, Eijun, est posée dès le départ, de son contexte à l’objectif qu’il va se fixer. De ce fait elle n’a pas besoin d’être développée davantage qu’elle ne l’est dans ces premiers épisodes, et le principal avantage est de nous faire apprécier ce lanceur que l’on va suivre dans ses péripéties pour s’imposer dans une équipe au niveau bien plus élevé que tout ce qu’il a pu connaître.

On va ainsi pouvoir se concentrer sur les autres, apprendre à les connaître, quel est leur rôle dans cette grande équipe, qui ils sont et pourquoi ils pratiquent le baseball.

Leurs interactions entre eux et les histoires touchantes qui les habitent ajoutent au côté émotionnel de la série et renforce notre amour pour cette équipe qui mériterait de briller.

 

Ace of Diamond Seido.jpg

C’est un peu comme dans Haikyû !! en fait, pour vous donner un exemple assez connu, quelque soit l’équipe, ses membres seront brillamment développés, de telle sorte à ce que nous les apprécions et soyons tristes lorsque l’une des deux équipes perd. C’est tellement bien réalisé que Seido, l’équipe que l’on suit, n’est même pas mon équipe préférée dans la série, incroyable. Quel manga serait capable d’en faire autant ? …

 

Suspens indomptable

On pourrait poursuivre longtemps les parallèles avec Haikyû !!, mais il est bon de rappeler qu’Ace of Diamond est un manga bien plus vieux, datant de 2006, il n’a donc pas pu s’en inspirer (c’est peut-être même l’inverse).

Notamment au niveau du suspens, qui est impressionnant tout au long de la série.

De tous les mangas/animes de sport que j’ai pu lire/voir, Ace of Diamond est certainement celui qui a le plus de suspens dans ses matchs. Et c’est certainement dû à un point dont je me suis rendu compte au fur et mesure que j’avançais dans la série …

 

Kyojin no Hoshi, Touch, Major, Ace of Diamond, le baseball semble être le sport qui a le plus de mangas populaires, même si le basket est bien représenté aussi. Pourquoi ? En y réfléchissant j’en suis arrivé à la conclusion suivante : le baseball est le sport parfait pour instaurer un suspens tout autant insoutenable que réaliste !!

Il est fréquent dans un manga/anime de sport, de voir une des deux équipes prendre un net ascendant en début de match, creuser rapidement un écart confortable, avant de se faire remonter au dernier moment pour que l’autre équipe l’emporte de justesse à la dernière seconde. C’est magnifique, mais à moitié crédible.

Hors, au baseball un simple passage à la batte peut radicalement changer le cours d’une partie, en faisant marquer de nombreux points d’un seul coup à son équipe. Le renversement de situation en un éclair paraît donc plus crédible, renforçant à la fois le réalisme et le suspens au cours des matchs qui peuvent basculer d’un côté comme de l’autre à maintes reprises. Alors qu’au basket, pour revenir sur ce point, si le match n’est pas serré de base ce n’est pas possible.

Todoroki gif.gif

Combien de matchs se sont joués à un détail ? Combien de matchs ont été si intenses qu’on vibrait à chaque lancer. Là-dessus la mise en scène de l’animation joue un grand rôle, se concentrant grandement sur la balle en elle-même, sa trajectoire, son arrivée dans le gant du receveur ou sur la batte de l’attaquant. Elle est partie intégrante du lanceur, dont le poste est l’un des enjeux principaux de la série, et permet de renforcer ce suspens, certains coups se jouant à quelques centimètres près.

 

Un scénario renversant

Je ne suis pas un connaisseur du baseball, il m’a fallu bon nombre d’épisodes avant d’en assimiler les règles, ce qui ne m’a pas empêché d’apprécier certaines scènes épiques, même si je préfèrerais davantage vous parler du scénario en lui-même.

Car si globalement Ace of Diamond reste un manga classique dans la lignée des mangas/animes de sport les plus célèbres, il n’en contient pas moins des phases que je n’avais jamais vu ailleurs.

L’équipe de Seido qu’intègre Sawamura n’est pas la petite équipe au bord de la fermeture et qui n’a rien, c’est une équipe reconnue au niveau nationnal, qui est composé d’une centaine de joueur. Notre héros n’a donc d’autre choix que de se faire sa place et montrer ses atouts pour devenir titulaire, rien à voir avec les mangas où des équipes au bord du gouffre sont obligées d’appeler quelqu’un qui n’y connaît rien (il y a plusieurs manières de le tourner après) pour obtenir non sans mal une équipe et pouvoir participer à un tournoi majeur.

De ce fait la moindre erreur n’est pas pardonnée, un joueur titulaire peut rapidement se retrouver sur le banc, remplacé par un autre qui n’en demandait pas moins. Et on aura l’occasion de s’en apercevoir à plusieurs reprises tout au long de la série …

 

Ça renforce encore le réalisme du titre. Ce qui se déroule ici pourrait tout à fait arriver dans la réalité. Bien sûr l’objectif reste le même que dans n’importe quel titre, même si le « Koshien » reste assez vague dans notre esprit tout au long de la série.

Mais là où Ace of Diamond se démarque réellement selon moi c’est sur une donnée que je n’ai jamais vu remis en cause : le coach. Je ne voudrais pas entrer dans les détails pour éviter de spoiler celles et ceux qui n’auraient pas encore découvert ce titre, mais la place du coach est remise en question pendant une bonne partie de la série.

Il y a ainsi tout un développement autour de ce poste, de son importance, son apport, sa relation avec l’équipe, les joueurs, comment il perçoit l’équipe, veut la faire jouer, la faire évoluer. Mais également comment les joueurs perçoivent le coach, ses consignes, l’accèptent ou renient ses méthodes.

 

Globalement tout va dans le réalisme et c’est ce qui m’a plu. On pourrait épiloguer sur la situation de certains joueurs mais ce serait spoiler d’en dire plus. Des blessures aux examens, car rappelons-le ce sont des lycéens, Ace of Diamond ne laisse rien au hasard.

 

L’anime adapte bien le manga ?

Je ne sais pas … Vu qu’il ne sort pas en France je ne l’ai pas lu, mais à mon avis 126 épisodes pour 47 volumes c’est pas beaucoup … Je ne serais pas surpris que l’anime ait sauté quelques passages, notamment en début de série, les règles du baseball n’étant jamais expliqué alors que Sawamura était loin de tout connaître.

Mais même en match certains sets passent à la vitesse de l’éclair. Les plus importants nous sont bien sûr montrés dans l’intégralité mais d’autres sont simplement résumés par quelques images, je ne serai pas surpris que le manga les développe davantage.

Après je n’ai pas ressenti de problème, l’anime est clair, fluide, précis, rythmé. Qu’on soit en plein match où dans les lycées des différentes équipes, en plein flashback où sur une action décisive on ne s’ennuie jamais. C’est un pur régal du premier au 126ème épisode.

Haruichi gif.gif
Regardez-moi cette animation sur la balle

Et c’est ce qu’on demande à un anime. Il n’y a pas besoin de plus. Peut-être que le manga est meilleur, on le sait c’est souvent le cas mais pour un titre absent de nos librairies ce n’est pas un critère si important que ça.

 

Quelques défauts …

Encore une fois le fait que les règles du baseball ne soient pas expliquées est un problème pour moi. Cependant il faut prendre en compte que le baseball est le sport le plus populaire au Japon. La grande majorité des japonais doivent en connaître les règles et cela explique pourquoi on ne s’attarde pas sur ce qu’ils verraient comme une perte de temps (ce serait la même pour nous français avec un manga de foot …).

L’animation est assez inégale. Elle peut être fantastique, notamment pour les lancers, comme ce que je vous ai expliqué plus haut avec les trajectoires de balle, comme moyenne voire pas terrible avec des plans fixes à certains moments. Mais je dirai quand même qu’elle s’améliore au fil du temps, ce qui est incroyable pour un anime fleuve !! Je ressentais surtout ces défauts au début alors que les passages les plus magnifiques arrivent dans la deuxième saison. Je rappelle que Madhouse et Production I.G sont les deux studios crédités, ce sont pas n’importe lesquels …

 

Le mot de la fin

Si vous aimez le baseball foncez, ce titre vous plaira sans aucun doute. Si vous ne connaissez pas je vous conseillerais peut-être de vous renseigner sur les règles de ce sport, mais globalement le titre reste assez explicite. S’ils sont assez longs à venir les premiers matchs vous permettront d’en comprendre les enjeux.

Finalement je ne retiens que de bonnes choses des 126 épisodes d’Ace of Diamond. J’ai pris énormément de plaisir à suivre les péripéties de cette équipe de Seido, ses joies, ses larmes, ses histoires pleines de sens et de bonnes valeurs.

Et je ne pense pas trop me mouiller en disant qu’aujourd’hui c’est mon manga/anime de sport préféré.

Mes notes

Univers : 14/20

Personnages : 19/20

Intrigue : 18/20

Animation : 15/20

Moyenne : 16,5/20

 

Voilà qui conclut cette chronique sur Ace of Diamond. J’espère vous avoir donné envie de vous intéresser à ce titre qui mériterait selon moi plus de reconnaissance chez nous. J’ai l’impression d’avoir écrit une chronique assez courte mais on passe quand même les 2 000 mots, puis la longueur ne fait pas tout, je pense de toute façon avoir tout dit …

Merci de l’avoir lu, j’espère qu’elle vous a plu. N’hésitez pas à la partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

4 commentaires sur “Ace of Diamond : la loi du suspens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s