Aria – The Masterpiece tome 1

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve pour parler d’un des mangas qui m’attire le plus en ce début d’année et dont j’ai entendu pas mal d’échos positifs : Aria, qui ressort dans une toute nouvelle édition.

 

ARIA-The-Masterpiece-1-ki-oon

Aria – The Masterpiece #1

Auteur : Kozue Amano

Éditeur vo/vf : Mag Garden/Ki-oon

Parution : 23/01/2020


Synopsis : Au XXIVème siècle, la planète Mars a été terraformée sur le modèle de Venise. Elle abrite maintenant une magnifique cité bâtie sur les eaux, où les canaux jouent le rôle de routes et les bateliers celui de guides incontournables pour naviguer dans les méandres de cette ville au charme légendaire …

Akari, terrienne d’origine réalise un rêve d’enfance quand elle débarque à Néo-Venise afin de commencer son apprentissage du métier d’ondine, qui fera d’elle une professionnelle de la gondole. Pour cela, elle entre chez ARIA, une société tenue par … un chat doué d’intelligence ! L’unique employée, la belle et douce Alicia, sera son mentor et sa protectrice dans ce monde dont Akari a tout à apprendre …


Lire un extrait


Tome suivant



Mon avis : La planète Mars a été terraformée et est désormais habitable, mais la fonte de sa calotte glacière l’a indondé d’eau, si bien qu’une ville grandement inspirée de Venise y a été créée. C’est là-bas que se rend Akari pour réaliser son rêve : devenir gondolière …

 

Un univers onirique

Mon premier ressenti en découvrant le synopsis était : « Waw !! » Venise, certainement l’une des plus belles villes du monde, sur Mars, voilà un combo drôlement aguicheur. Personnellement ça m’a tout de suite intéressé, car je me suis dit que l’univers du manga allait nous faire voyager …

Et c’est le cas !! Tout au long des plus de 300 pages que compte ce tome on est amené à découvrir des paysages splendides, à voyager dans un monde qui semble être figé dans le temps tout en conservant son côté futuriste, mais également en développant tout un imaginaire : des légendes à d’autres adaptations de croyances terriennes. On est plongé dans un univers onirique, féérique, qui nous absorbe tout au long de ce volume pour ne pas nous en faire décrocher …

 

Une patte graphique splendide

Aria I1

Le tout est servi par des dessins, notamment les doubles pages, somptueux, permettant à la ville d’être encore plus resplendissante qu’elle ne l’est déjà.

Pour tout vous dire j’ai du mal à croire que le manga date de 2002 tant l’esthétique de l’ensemble est moderne (comparez avec Drifting Dragons qu’on a vu la semaine dernière, c’est sidérant). En dehors des doubles pages il n’y a pas forcément de planche stratosphérique mais le visuel est clair et précis, on comprend facilement l’action et le ressenti des personnages.

Certaines planches sont assez vides mais il n’y a rien de choquant, on comprend toujours ce qu’il se passe à tel ou tel instant …

 

Des personnages attachants

On ne découvre pas beaucoup de personnages dans ce premier tome mais ceux que l’on rencontre sont tous très attachants. Leurs histoires n’ont pas vraiment été développés et ils servent davantage la mise en place de l’univers et l’explication de son fonctionnement qu’autre chose.

Du coup ce n’est pas réellement une surprise que de sentir plus proche d’Akari que des autres, puisqu’on est dans la même situation qu’elle : on découvre. Le fait qu’elle ait un côté assez timide et insouciante la rend d’autant plus appréciable.

Même si le chat qui sert de patron (et le côté comique aussi (surtout)) est pas mal aussi …

 

Très bien, mais ensuite ? …

 

… c’est tout …

Un univers enchanteur, des personnages attachants mais dont on ne connaît que peu de choses, et on a déjà fait le tour de ce premier tome.

Il n’y a pas d’intrigue, si ce n’est de voir Akari devenir ondine, mais au-delà il n’y a rien, pour l’instant …

On se rend bien compte que tout est misé sur l’univers, qu’il doit en mettre plein la vue. Ça marche le temps d’un premier volume, tant qu’on découvre on peut être émerveillé, mais ensuite il va tout de même falloir développer quelque chose pour rester intéressant …

 

Un manga apaisant

Ceci dit la légèreté de ce premier volume rend la lecture apaisante. Il n’y a aucune animosité qui se dégage de ce monde et des personnages qui l’habitent.

« Tu ne trouves pas ça ironique ? Les gens voyagent dans l’espace pendant que nous, on est condamnés à pousser notre barque ! Ce n’est vraiment pas commode … et pourtant, c’est étrangement reposant ! »

Cette phrase lancée en début de tome résume assez bien le sentiment que j’ai après lecture. On pourrait s’attendre à un titre futuriste alors qu’il nous plonge dans un monde qui semble s’être bloqué dans un passé lointain. Ce paradoxe s’accompagne d’un étrange sentiment de plénitude, d’apaisement que l’on ressent au travers de ces quelques pages tant on arrive à se poser et à décompresser en le lisant.

 

Côté édition

Je n’accorde jamais une grande importance à la qualité du livre en lui-même mais il faut reconnaître que celui-ci est magnifique, notamment sa jaquette où les logos du manga et de l’éditeur sont entourés d’une couleur dorée brillante. La première page du tome est elle aussi splendide. Ajoutés à cela les pages couleur et on a le combo parfait d’une édition qui se veut « Perfect ».

 

Conclusion

Et finalement c’est peut-être ça qu’il faut retenir plus que tout. Aria est un titre sans prise de tête qui nous fait voyager dans un monde merveilleux pour nous faire découvrir tous ses secrets.

Est-ce qu’une intrigue plus dense se construira par la suite ? Peut-être pas, mais je dirais même qu’il n’en a peut-être pas besoin. Il faut aussi ce genre de titre, plus léger, davantage mignon que brutal et qui nous fait rêver.

Car sincèrement, qui n’aurait pas envie de découvrir Aqua et Néo-Venise en refermant ce premier volume ? Vous l’aurez compris, dans l’ensemble j’ai quand même adoré ma lecture.

Mes notes

Personnages : 3/4

Intrigue : 1,25/4

Univers : 4/4

Dessins : 3,5/4

Appréciation personnelle : 3,25/4

Total : 15/20

Le tome 2 est déjà disponible à l’heure où j’écris ces lignes. Je ne l’ai pas en ma possession mais me le procurerait dès que ce sera possible (certainement après la fin du confinement …).  Le tome 3 est prévu pour le 7 mai mais toutes les parutions étant actuellement reportées il est probable que sa parution soit repoussée. Le manga d’origine compte 12 volumes, cette édition Masterpiece sortie en 2016 et 2017 au Japon est terminée en 7 volumes.

 

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

 

Sources : Ki-oon (image 1), Ki-oon (via Youtube) (bande-annonce)

7 commentaires sur “Aria – The Masterpiece tome 1

  1. J’ai acheté les deux premiers tomes juste avant le confinement, ce bon plan ! Mais je ne les ai pas encore lus ^^

    C’est la première fois que tu lis ce genre de titre ? Après l’intrigue pour un slice of life feel good contemplatif c’est secondaire. Le récit se suffit à lui-même comme tu le soulignes à la fin de ta critique. C’est particulier… et apaisant ! Dans le même genre je lis Flying Witch et Au grand air. Le pied !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s