Lectures Manga #20

Bonjour à toutes et à tous. J’espère que vous allez bien en cette période de confinement partie pour durer … J’imagine que certains d’entre vous lisent plus car ils ont plus de temps libre (forcément) de mon côté c’est limite l’inverse …

J’essaie d’étaler mes lectures des dernières nouveautés, car contrairement à certains je n’ai pas une « pile à lire » excessive. Du coup si il y en a qui attendent par exemple mes avis sur les derniers tomes de Magi ou Haikyû !! il faudra attendre le Lectures Manga #21 pour cela. Par contre je peux que le level des 4 qui vont être présentés ici est monstrueux …

 

Liste des mangas lus

Voilà les 4 en question, avec ma toute dernière acquisition en date, le tome 2 d’Aria (avec un one-shot dont on parlera prochainement …).

 

Mes avis

aria-masterpiece-2-ki-oon

Aria – The Masterpiece #2

Auteur : Kozue Amano

Éditeur vo/vf : Mag Garden/Ki-oon

Parution : 05/03/2020

Synopsis : Akari se familiarise petit à petit avec sa nouvelle vie sur Aqua. Arrivée au printemps, la jeune fille a entamé sa formation chez ARIA et a même réussi avec brio l’examen pour devenir aspirante ondine ! Elle a désormais le droit d’accueillir des clients sur sa gondole, à condition d’être accompagnée de son mentor …

Et voilà justement qu’apparaît son premier passager : Akatsuki, salamandre en apprentissage qui vit sur une île suspendue, a besoin de rentrer au plus vite chez lui. La demoiselle déploie alors tout son talent pour atteindre le périphérique à temps ! Mais l’aventure ne s’arrête pas là … À la fin de l’été, elle monte à son tour jusqu’à la cité dans les airs, d’où elle peut admirer un vrai feu d’artifice ! Quelles autres jolies surprises lui réservera l’automne ?

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : Lors de mon article sur le premier volume je vous avais fait part du fait que j’avais adoré cette entrée en matière tout en étant gêné par l’absence complète d’intrigue. Je n’émettais pas de doute sur la suite mais j’espérais tout de même que quelque chose de plus dense se mette en place. Et …

NON.

Pourtant, je dois bien reconnaître que j’adore ce manga. Chaque chapitre est en effet indépendant et n’est pas relié aux autres (en dehors de leur ordre chronologique) mais chaque chapitre nous raconte ainsi une histoire, nous en apprend plus sur ce monde et les mythes et merveilles qui l’entourent.

Nous découvrons donc, au travers des presque 400 pages de ce tome, aux côtés d’Akari des paysages splendides, des traditions ancestrâles perpétrées sur une planète sur laquelle le temps s’est réellement arrêté malgré la présence d’une technologie drôlement avancée.

Ce décallage est d’autant plus contrasté pour les personnages eux-mêmes. La Terre, ou plutôt Manhome, n’a plus rien à voir en ce début de 24ème siècle par rapport à aujourd’hui. Plonger dans la Venise de la Renaissance est ainsi pour eux l’occasion d’un voyage marquant et on comprend d’autant plus facilement pourquoi Akari a fait de s’y installer et de devenir ondine son objectif tant on a envie de voyager et de découvrir à ses côtés.

C’est beau et reposant à la fois. Le cerveau se relâche et on prend aisément un plaisir fou à lire ce tome dont on ne peut décrocher malgré sa longueur. Je dois bien reconnaître que je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de titres, centrés davantages sur le simple plaisir qu’un développement approfondi, mais ça fait aussi beaucoup de bien d’en avoir.

Ce qui donne raison à ma conclusion sur le premier volume : Aria n’a pas besoin d’une intrigue plus dense que celle qu’il nous offre et ça fonctionne à merveille. Je concluerai donc encore une fois en disant que j’ai adoré ma lecture et qu’il était génial de la première à la dernière page …

PS : Alicia est beaucoup trop belle sur la couverture …

Mes notes

Personnages : 4/4

Intrigue : 2/4

Univers : 4/4

Dessins : 3,5/4

Appréciation personnelle : 4/4

Total : 17,5/20

Tokyo Revengers 6 vf

Tokyo Revengers #6

Auteur : Ken Wakui

Éditeur vo/vf : Kodansha/Glénat

Parution : 04/03/2020

Synopsis : Takemichi est déterminé à prendre le contrôle du Toman pour sauver Hinata. Mais s’il veut se débarasser de Tetta Kisaki, il doit d’abord convaincre Baji de revenir auprès de Mikey. Lorsque Takemichi découvre la raison pour laquelle Baji a quitté le clan, la situation semble désespérée …

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : J’adore Tokyo Revengers, c’est un titre que je suis avec assiduité, et ce sixième volume me fait d’autant plus comprendre pourquoi je l’aime autant.

Plus on avance et plus on est dans le flou, même les réponses qui sont apportées ne nous permettent pas de démêler le faux du vrai. Et on se retrouve un peu comme Takemichi : à se demander ce qu’il faut réellement faire.

Seul un cas semble mettre tout le monde, en tout cas la plupart des protagonistes, d’accord, le reste ne peut que nous poser énormément de doutes, tout en nous faisant avancer vers un avenir qui semble inévitable …

Finalement c’est surtout la hype qui a progressé durant ce tome. Durant tout son long la tension ne fait que monter pour nous laisser à son summum, au départ d’un passage qui pourrait être grandiose pour la série, car il est clair après tout ce que l’on vient de voir que le tome 7 marquera les esprits.

En conclusion ce tome 6 est incroyable, une dinguerie avant l’heure, avant un tome 7 qui sera certainement explosif.

Mes notes

Personnages : 3,5/4

Intrigue : 4/4

Univers : 3,5/4

Dessins : 3/4

Appréciation personnelle : 3,5/4

Total : 17,5/20

Kingdom T.38

Kingdom #38

Auteur : Yasuhisa Hara

Éditeur vo/vf : Shueisha/Meian

Parution : 17/02/2020

Synopsis : Tandis que la faction du roi Ei Sei s’oppose à celle du Grand Chancelier pour obtenir la suprématie à l’intérieur du pays, une troisième faction, celle de la reine-mère, fait sécession et crée soudainement l’État de Ai. Une nouvelle année débute, durant laquelle doit se tenir la cérémonie tant attendue du couronnement d’Ei Sei : celle-ci se déroulera-t-elle sans problème … ?

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : À la surprise générale la reine-mère s’est détâchée de Qin et a fondé son propre État : Ai. C’est ainsi que se termina le 37ème volume, qui nous laissait donc avec autant d’incompréhension qu’un sentiment de ne plus rien comprendre à quelque chose qui semble avoir été calculé en préalable …

Ce 38ème volume est LARGEMENT à la hauteur de celui-ci. J’hésiterais presque à le mettre dans un article seul tant il y aurait de choses à dire mais cela tournerait davantage au spoil qu’autre chose. Je vais donc faire cours ici : la fin du tome 37 n’était que l’échauffement !!

Quel tome dense, quel tome riche !! Il se passe énormément de choses en très peu de pages. Certains personnages se révèlent, d’autres nous en apprennent plus sur eux, leur origine et leur motivation. Entre une lutte acharnée qui approche de sa conclusion, l’émotion qui se dégage de l’ensemble et le développement de l’humain dans une situation critique il était impossible de s’ennuyer dans un tome qui nous absorbe complètement de bout en bout.

Plus que les grandes batailles c’est vraiment ce genres d’intrigues qui me passionnent dans Kingdom. Vous qui lisez ces lignes vous lisez certainement le manga et je ne peux que vous inviter à lire ce tome 38 pour comprendre. Je n’ai en tout cas aucun mal à dire qu’il s’agit du meilleur tome de la série jusqu’à maintenant.

Et je comprends désormais pourquoi Yasuhisa Hara est avancé comme un génie par certains. Ce tome confirme en tout cas qu’il est un très grand mangaka. Ma hype sur ce titre, que j’avais pourtant perdu avec l’arc de la coalition, n’a jamais été aussi forte. Vivement que je lise la suite !!

Mes notes

Personnages : 4/4

Intrigue : 4/4

Univers : 4/4

Dessins : 4/4

Appréciation personnelle : 4/4

Total : 20/20

ainsi-parlait-zarathoustra-kurokawa

Ainsi parlait Zarathoustra

Auteurs : Ichirô Horie/Aki Jûjô

Éditeur vo/vf : Kodansha/Kurokawa

Parution : 12/09/2019

Librement inspiré de Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche.

Synopsis : « Je veux gagner ! Être le plus fort ! Devenir le meilleur joueur de foot au monde ! » Tel était le rêve d’un jeune garçon passionné de football. Mais la réalité est loin de correspondre à ses attentes. Frustré, il fait alors la rencontre d’un mystérieux vieillard. Le garçon se laisse entraîner dans ses paroles, et finit par saisir les grandes lignes de la vie.

Mon avis : Vous n’avez pas oublié le label KuroSavoir ? Moi, non. Donc après Psychologie des foules et Le Capital on s’attaque à Ainsi parlait Zarathoustra, qui adapte le livre du même nom d’un certain Friedrich Nietzsche.

On suit donc l’histoire de Katsuki Aida, jeune garçon fan de foot qui rêve de devenir professionnel un jour. Il est de loin le meilleur de son équipe, qui est en réalité loin d’être forte et habituée aux défaites. C’est alors qu’un vieil homme se présente face à lui et lui dit qu’il a un don. Si Katsuki croît qu’il parle d’un don pour le foot, il va vite comprendre que sa pensée va bien au-delà de cette simple considération …

Je ne vais pas vous mentir : si les deux premiers peuvent être lus pour leur scénario celui-ci ne vole pas très haut. Il est assez prévisible et les quelques personnages qu’on suit (deux, voire même un seul) sont caricaturaux …

Mais le discours, les propos qui sont tenus et avancés sont bien plus intéressants, comme c’était déjà le cas pour les deux autres. On ne lit pas pour suivre une histoire mais pour comprendre un mode de pensée et le fonctionnement du monde qui nous entoure.

Ici c’est donc la religion et le comportement des hommes envers celle-ci qui est avancée. Pourquoi les hommes prient-ils Dieu ? Depuis quand et dans quel but ? Un tel comportement correspond-t-il à la manière dont le monde dans lequel nous vivons est régi ?

Bien que les deux titres n’aient rien à voir il y a joli paradoxe dans ce qui est raconté ici avec ma chronique sur Fire Punch où on abordait déjà le thème de la religion. Dans cette chronique j’expliquais que le retour du culte d’une divinité venait de la régression technologique de l’Homme. La question est abordée différemment ici et la conclusion est différente et gagne tout son sens dans la connaissance qu’on a de cette divinité elle-même ainsi que de l’évolution du monde et des Hommes qui la prient à longueur de journée.

Il y a ainsi trois chapitres distincts tout au long de ce tome développant trois points différents qui peuvent avoir leur importance dans la manière qu’on a de réagir à telle ou telle chose, d’avancer ou non, de comprendre ou d’ignorer. Les trois portent à réflexion davantage qu’ils nous livrent de réponses, bien qu’il y en ait également. Et c’est certainement ça, le discours philosophique et la réflexion qu’il amène à prendre sur soi-même, qui est la chose la plus importante à retenir …

En conclusion je vous ai déjà recommandé les deux premiers, désormais je vous recommande aussi Ainsi parlait Zarathoustra. Encore une fois je n’ai pas lu l’œuvre d’origine, je ne sais pas ce qu’elle vaut. Mais la transciption qui en est faite ici, avec le monde du football comme port d’attache, me paraît suffisamment claire pour être compréhensible par le plus grand monde.

Mes notes

Personnages : 2,5/4

Intrigue : 1/4

Univers : 4/4

Dessins : 3/4

Appréciation personnelle : 3,5/4

Total : 14/20

C’est là que je m’aperçois que je pourrais relever d’autres critères dans ma notation, car on parle beaucoup des propos développés avec ce label mais ils ne sont pas pris en compte dans la notation qu’ils pourraient clairement relever …

 

Merci d’avoir lu ce 20ème numéro de Lectures Manga, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

 

Numéro précédent

Numéro suivant

8 commentaires sur “Lectures Manga #20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s