L’heure des réponses … / Magi tomes 36 et 37 (Fin)

Bonjour à toutes et à tous. À l’heure où j’écris ces lignes je sors de trois semaines d’une relecture intense, plaisante, émouvante … Magi appartient à ces mangas qui m’ont profondément marqué, à ces mangas qui ont une place à part dans mon cœur. Je savais que ce jour arriverait puisque c’était déjà acté depuis un moment mais à l’heure où j’écris ces lignes, je suis sur le point de lire les tomes 36 et 37 de Magi, et ainsi de conclure cette grande aventure, avant de conclure la chronique qui suivra d’ici peu …

Alors, Shinobu Ohtaka a-t-elle réussi à nous sortir une fin en apothéose, comme je l’attends, réponse sous ses lignes …

 

Magi #36 et #37 (Fin)

Auteure : Shinobu Ohtaka

Éditeur vo/vf : Shogakukan/Kurokawa

Parution : 09/07/2020


Synopsis : Fort de ses expériences dans le monde post-mortem, Ali Baba parvient à vaincre Sindbad. C’est alors qu’une anomalie se produit dans la grande gorge. Le Palais sacré tombe dans le chaos, tandis que la bataille se déroule désormais sur Terre ! Ainsi démarre le combat pour protéger le monde, malgré l’hostilité de celui-ci.


Tome précédent

Chronique


Mon avis : Trois semaines, c’est le temps qu’il m’a fallu pour relire l’intégralité du manga Magi, du 1er au 35ème volume sorti en début d’année. Pour certains cela peut paraître normal mais pour moi il s’agit d’un rythme de lecture énorme. Cela montre donc à quel point j’étais à fond dedans.

J’ai ainsi pu redécouvrir des grands passages du manga, ceux qui m’y ont fait adhérer, ceux qui m’ont fait aimer ces personnages, cet univers, son histoire, mais j’ai surtout pu me rendre compte à quel point Shinobu Ohtaka a tout maîtrisé de A à Z. Sur les 35 premiers volumes je ne relève aucune fausse note, tout ce qui est montré, tout ce qui est raconté à un sens, et nous aurons largement le temps de nous y attarder demain (si vous lisez cet article le jour de sa sortie) dans la chronique

 

Aujourd’hui, parlons de ce final. Sindbad, voyant que le monde commence à échapper à la vision qu’il souhaitait lui donner, se rend au Palais sacré pour en prendre le pouvoir et réécrire les rokhs. Il efface la volonté de Salomon pour y insérer la volonté de Sindbad. Mais Ali Baba, qui est mort une fois, Hakuryû, dont les rokhs le composant ne lui appartiennent plus entièrement, Judal et Aladin n’ont pas été affectés par cette réécriture et conservent leur libre arbitre. Ils décident donc de se rendre au Palais sacré pour empêcher Sindbad de réaliser son but : faire disparaître le monde pour en créer un meilleur … Et après de vives discussions, la proposition d’Ali Baba de relier les dimensions entre elles, verticalement pour les différents mondes, et horizontalement pour rassembler les rokhs, semble trouver un intérêt suffisant pour convaincre le monarque des sept mers …

 

Vu que j’ai relu tout le manga, tous ses évènements sont frais dans ma tête, ce qui me permet de me rendre d’autant plus compte à quel point Sindbad a été un personnage atypique, « singulier ». Lui qui voit le destin pense logiquement être la personne la plus qualifiée pour guider le monde.

Mais comme il m’est déjà arrivé de le dire pour les précédents volumes, Sindbad se fourvoie dans la manière de faire. Que le monde soit en paix c’est génial, que le monde ne tourne pas dans la direction que lui et lui seul a souhaité, ce n’est pas grave, sauf pour lui.

Sindbad n’a pendant longtemps pas reconnu l’orgueil présent en lui, cette soif de pouvoir qui l’a poussé à vouloir dominer le monde entier. C’est aussi pour cela qu’il s’est rendu au Palais sacré …

 

Sindbad a donc été convaincu, ce qui signifie que tout est fini … Non !! Pas du tout, ce n’est pas ce que le destin a décidé et il le fait bien comprendre, et ceux qui le voient le savent : ce monde est condamné.

Finalement, celui qui devient l’antagoniste final (c’est pas vraiment une surprise, surtout après avoir relu tout le manga) décide de mettre un terme lui-même à toute cette mascarade, et engage ainsi le combat final.

Un ultime combat qui occupe l’intégralité de ces deux derniers volumes et qui malgré sa longueur paraît rushé … Un tome en plus n’aurait pas été de trop, ou du moins quelques chapitres …

 

Parce que cette bataille est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, difficile à mener et poursuivant des discussions, des débats qui étaient loin d’être conclus et qui doivent trouver une réponse.

Mais cela n’empêche pas cette fin d’être aussi grandiose, nous amenant son lot d’émotion, entre joie et tristesse. D’un conflit sanglant pouvant mener à la fin du monde à la possibilité de s’ouvrir à un avenir meilleur, ou chacun aurait sa place, serait égal avec les autres.

Tant de chemins ont été parcourus, tant d’épreuves ont été surmontées. La bataille qui se déroule aujourd’hui leur fait donc arriver à une conclusion, eux qui sont pourtant si différents à la base, entre leurs distinctions sociales, nationales, physiques, magiques.

La différence n’est pas un frein pour trouver un terrain d’entente, et c’est cela que je ressens en lisant ces deux derniers tomes. Poser les armes et débattre pour résoudre un conflit paisiblement, est-ce la réponse à apporter ? Certainement.

Et le destin dans tout ça ? Sindbad, voyant le destin, a agi en connaissance de cause. David le voit aussi et c’est ce qui l’a poussé à agir de la sorte à Alma Torran. Ce n’est pas comme si on ne pouvait pas le prendre en compte. Il a beau être un simple concept pour de simples mortels, il est présent et a influencé l’existence de nombreuses personnes … Mais le destin décide-t-il réellement de tout ? …

Je ne vais pas aborder davantage le sujet, car il sera abordé dans la chronique, mais il est clair que ce qui ressort de ce final c’est que chacun a le droit de vivre, chacun a le droit à sa chance et au bonheur.

 

Conclusion

J’aurai aimé qu’on ait quelques chapitres voire un volume en plus, histoire de développer davantage ces discussions passionnantes qui auront été le nerf de la guerre de cet arc final. Mais en refermant la dernière page, même après un ultime chapitre extrêmement court, je ne peux que ressentir de la joie d’avoir parcouru un tel monde, de la tristesse à l’idée de le quitter, et de l’espoir en voyant que l’histoire de ce monde, qui s’est écrite avant et pendant continuera de s’écrire après, que ce soit dans ce monde, ou dans un autre …

Aladin, le petit garçon espiègle, naïf et pervers, Ali Baba le charretier à la tête remplie de rêves, et Morgianne, l’esclave sans avenir, ont bien changé depuis Tchitchan et le labyrinthe d’Amon. Ils ont grandi, mûri, avancé ensemble et nous avons pu constater au travers de ces 37 volumes leur évolution et notre attachement à ce trio si novateur.

 

Madame Shinobu Ohtaka, merci de nous avoir fait vivre une telle aventure. Merci, et à bientôt dans Orient, titre dont nous parlerons bientôt …

Mes notes

Personnages : 3,5/4

Intrigue : 3/4

Univers : 4/4

Dessins : 3/4

Appréciation personnelle : 3/4

Total : 16,5/20

 

Merci à toutes et à tous d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

Par Floriano

5 commentaires sur “L’heure des réponses … / Magi tomes 36 et 37 (Fin)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s