VAGABOND: l’errant du seinen

TAKEHIKO INOUE

1998-2015 (HIATUS)

WEEKLY MORNING (KODANSHA)

37 TOMES

Ma première lecture du titre ne m’aura pas fait vibré pour le manga, il faut le dire l’œuvre prends vraiment son temps pour faire démarrer son intrigue et dès les trois premiers tomes passés on se prend alors rapidement au jeu, ce qui à première vue n’était qu’une histoire classique d’un homme voulant surpassé tout le monde et devenir le plus fort prends du coup un sens plus profond qu’aux premiers à bords et ce ressentis je vais essayer de le partager avec vous.

Vagabond est donc un manga seinen de Takehiko Inoue Adaptant la biographie fictive du personnage des romans d’Eiji Yoshikawa, Miyamoto Musashi, loin d’être une simple adaptation des romans, l’œuvre arrive à créer sa propre identité on croirait presque qu’il n’y a que les noms des personnages qui reviennent tellement l’approche d’Inoue est différente de celle de l’auteur original, nous offrant ainsi un tout autre récit tout aussi voire plus jouissif à lire ;

L’histoire suis donc Takezo Shinmen un jeune soldat qui doit survivre à la post bataille de Sekigahara après toutes ses péripéties il prendra ensuite le nom de Miyamoto Musashi afin de parcourir le monde et confronter son sabre à celui d’autres pour devenir « invincible sous les cieux » , comme je vous l’ait dis plus haut ce récit est loin de n’être qu’une histoire de combat et de volonté d’être le meilleur mais, un récit sur la vie elle-même à travers Miyamoto et les différents personnages on explore la vie, on passera d’un Miyamoto sale gosse immature et avide de combat à un homme calme, plus sage et réfléchis et qui se questionne toujours autant sur sa vie, ses choix et son art, bien plus que des combats c’est une vie qui nous est racontez ici, celle de Musashi mais aussi celle de tous ceux gravitant autour de lui, car oui on découvre Musashi son quotidien, ses rêves, ses doutes et ses peurs mais aussi celle de tous les autres son chemin qui se remettra et remettra son mode de vie souvent en question, nous offrons une réelle réflexion sur ses actes, sa vie, le chemin qu’il décide d’emprunter.

Ajoutez à cela des combats dantesques, parfaitement maitrisés, chacun apportant son lot d’action et d’émotions, des personnages tous écrits avec une grande profondeur, que ce soit Matachi, Kojiro, Osu, jotaro… tout cela retransmis avec un niveau de détails et de réalisme dans le dessin qui frise la perfection, la plume d’Inoue nous sublimant à chaque page de son style et de son art, le découpage étant juste et calculé laissant pas de place à des erreurs de rythme, tout s’emboîte parfaitement et ne nous laisse pas le temps de détourner le regard quelques instant car nous envoutant de son trait.

En définitive Vagabond est sans conteste l’un des seinen les plus réussis de ses vingt dernières années, tant au niveau commercial que dans sa qualité d’écriture, mais une œuvre trop souvent oublié et pas assez approché pour montrer toute la vie contenue dans ses pages, bref j’espère vous avoir un peu donné envie de lire ce manga qui à mes yeux est un incontournable du genre.

Un commentaire sur “VAGABOND: l’errant du seinen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s