Lectures Manga #38

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve en ce mardi 3 novembre pour parler de mes dernières lectures d’octobre. J’espère que votre confinement (si vous êtes confiné) a bien commencé de votre côté, personnellement ça ne change rien, je suis déjà (et toujours) bien occupé.

Si vous avez lu le Bilan Mensuel sorti dimanche vous le savez déjà mais le report des publications risque de me poser problème. Si le #39 est complet comme il était prévu à la base (avec les nouveautés de cette semaine qui sortent demain et jeudi), ce ne sera pas le cas du #40 et encore moins du #41 pour lequel rien n’est encore prévu vu qu’à l’heure où j’écris je ne dispose d’aucun volume pour lui (si, 3 … mais c’est pas beaucoup).

Bref je vous tiendrais au courant de l’évolution dans le prochain numéro car d’ici-là, je devrais avoir de quoi lire …

Lectures Manga #38

Les deux premiers tomes de la Perfect Édition du célèbre 20th Century Boys de Naoki Urasawa ont bien sûr eu le droit à leur propre article.

Dream Team #11

Auteur : Takeshi Hinata

Éditeur vo/vf : Kodansha/Glénat

Parution : 05/06/2013

Synopsis : Le match opposant le lycée Kuzuryu à l’académie Shinjo Towa touche à sa fin. Malgré l’avance de l’équipe de Sora, la fatigue se fait sentir et la dynamique du match menace de s’inverser. Prêts à tout pour gagner, les deux camps puisent dans leurs dernières ressources. Quoi qu’il arrive, l’issue du match sera forcément grandiose et cruelle.

Tome précédent

Mon avis : Quel match, quel suspens. C’est insoutenable, mais surtout tellement bien maîtrisé et tellement bien calculé dans les moindres détails.

Tous mangas de sport confondus que j’ai pu lire (ou voir en anime) celui-ci est parmi les meilleurs tant les personnages sont admirablement développés, tant l’intensité est élevée, tant le suspens nous transporte page après page, dans un flot insurmontable d’une excitation grandissante. Tout cela pour connaître le résultat de ce premier match … oui ce n’est que le premier !!

Je n’ai pas besoin d’en rajouter, ce tome est tout aussi incroyable que le précédent. Et sa conclusion m’oblige à aller lire le tome 12 dans la foulée parce que je ne peux pas attendre.

Vive Dream Team !!

Mes notes

Personnages : 4/4

Intrigue : 4/4

Univers : 3,5/4

Dessins : 3,5/4

Appréciation personnelle : 4/4

Total : 19/20

Dream Team #12

Auteur : Takeshi Hinata

Éditeur vo/vf : Kodansha/Glénat

Parution : 21/08/2013

Synopsis : Après le premier tour des éliminatoires départementales, l’équipe du lycée Kuzuryu fait face à une série de drames personnels et collectifs. À l’heure du bilan, les remises en question se succèdent et la cohésion du groupe est de nouveau menacée. Sora et ses coéquipiers devront plus que jamais se serrer les coudes et apprendre à pardonner, sous peine de voir tous leurs efforts réduits à néant …

Tome suivant

Mon avis : …

Si vous avez l’habitude de me lire, vous savez que j’ai l’habitude de mettre souvent des notes très élevées (peut-être un peu trop) aux mangas que je lis. Pourtant je ne pense pas être assez facile à convaincre, je cherche toujours la petite bête (plus ou moins en fonction des titres) mais à l’inverse je peux très vite m’emballer. Il n’y a pas de juste milieu, enfin rarement, et comme je préfère lire ce qui me plaît la plupart des mangas dont je parle sont très bien notés …

Malgré tout le mot perfection ne peut pas leur être attribué. Même le tome 22 de Seven Deadly Sins, que j’ai longtemps considéré comme le meilleur tome que j’ai lu de toute ma vie, ne l’est pas. Et même les nombreux 20/20 reçus par Space Brothers ne me permettent pas de dire qu’il l’atteint …

Mais là … « parfait » est le seul mot qui sort de mon esprit après avoir lu ce tome 12 de Dream Team. Je suis à la limite des larmes en écrivant. C’est vrai qu’un manga peut m’émouvoir assez facilement, Space Brothers encore, en a été récemment la meilleure preuve.

Parce que … développer aussi brillamment des personnages, d’horizons et d’âges différents, aux idéaux et aux objectifs différents, construire un groupe, une relation fusionnelle entre des êtres qui n’ont que le basket comme point commun … tout cela pour aboutir à un résultat aussi dramatique … c’est aussi beau que grandiose et déchirant …

Le match contre Shinjo Towa a été exceptionnel. Deux équipes si proches l’une de l’autre s’affrontent, l’une vient d’être formée et montre ses faiblesses mais compte sur ses individualités fortes. L’autre a trois ans d’existence et commence à peine à ressembler à une vraie équipe, dans laquelle certains ont donné corps et âme pour atteindre un rêve qui semble irréalisable. Mettre une telle intensité, un tel suspens sur une fin de match ou notre Dream Team a montré ses limites. On y croit à cette victoire, même si l’écart n’a fait que se réduire à la fin du précédent volume. Même après l’expulsion de Chiaki, j’y crois, on y croit tous …

C’est si dur de construire. Paradoxalement, c’est si simple de détruire …

Je ne voulais pas y croire. Tout semblait aller dans ce sens mais je ne voulais pas y croire, jusqu’au bout … Le choc est pourtant total …

Ce tome, c’est un souffre-douleur. Takeshi Hinata a pris tout son temps pour développer ses personnages, son intrigue, mettre en place l’équipe, présenter les futurs « rivaux ». Tout ça pour nous annoncer que l’histoire commence maintenant …

Ils ont tellement traversé d’épreuves, sué sang et eau ensemble. Mais cette période a été si courte. Là ou dans d’autres mangas ce serait (spoil) ici ça prend des proportions disproportionnées, le caractère de chacun refaisant surface dans la difficulté. Est-ce une erreur ? S’est-on trompé sur leur compte ? Que pouvait-on espérer d’eux ?

Ce tome est un souffre-douleur, mais c’est justement parce qu’il nous fait souffrir qu’il prouve que ce manga a été excellemment bien écrit, bien pensé dans ses moindres détails. Chaque personnage compte, chaque rencontre, chaque discussion a eu un impact et a chamboulé, à sa manière, l’évolution de l’ensemble.

Du coup cette couverture que je trouvais déjà magnifique (elles le sont toutes) prend encore davantage de sens en voyant ce regard de Madoka …

D’habitude, les mangas de sport prônent des valeurs positives, d’entraide, de dépassement de soi pour atteindre un rêve qui semble inaccessible. Je ne dis pas que Dream Team ne le fais pas, mais plutôt qu’il dénote complètement tant il frappe juste, tant il nous semble vrai, tant il est réaliste dans ses propos et ses actions.

C’est pour cela que « parfait » est le seul mot qui sort de mon esprit après la lecture de ce tome. Vive Dream Team, lisez Dream Team …

Et moi qui pensais que le classement de mes mangas préférés de 2020 était joué d’avance …

Mes notes

Personnages : 4/4

Intrigue : 4/4

Univers : 4/4

Dessins : 4/4

Appréciation personnelle : 4/4

Total : 20/20

Et c’est une note bien trop faible par rapport au vrai niveau de ce tome …

« Dans ce tome, je crois avoir réussi à concentrer tout ce qui me tenait à cœur quand j’ai commencé cette série. » Takeshi Hinata, mot de l’auteur du tome 12

Merci, Takeshi Hinata, de nous proposer une histoire aussi belle, aussi touchante et aussi humaine. Je lirai la suite avec un grand plaisir …

Horion #2

Auteurs : Aienkei (scénario), Enaibi (dessins)

Éditeur vf : Glénat

Parution : 04/07/2018

Synopsis : En chacun de nous sommeille une aptitude qui ne demande qu’à s’éveiller.

Pour découvrir ce précieux talent, Koza et Valyu vont devoir chercher au plus profond d’eux-mêmes. Mais ils ignorent encore que la quête de soi peut aboutir sur la pire des rencontres.

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : Après cet excellent premier volume qui servait d’introduction place au deuxième qui introduit de nombreuses données.

Notre esprit commence à s’éclaircir avec ce nouvel opus. Il y a encore de nombreux points pas élucidés mais d’autres permettent de commencer à comprendre de quoi il est question.

J’ai la sensation qu’il y a un immense potentiel derrière ce « talent ». Il semble en effet exister de nombreuses variantes, ce qui laisse supposer que les auteurs pourront faire à peu près ce qu’ils veulent.

L’intrigue avance également dans ce tome, avec l’entrée en scène de nouveaux personnages mais aussi sur le crime commis par Nyrkki avant sa rencontre avec Koza et Valyu.

Au final un tome très intéressant sur un titre toujours aussi prometteur. Affaire à suivre.

Mes notes

Personnages : 3/4

Intrigue : 3/4

Univers : 3,5/4

Dessins : 3/4

Appréciation personnelle : 3/4

Total : 15,5/20

Rave #20

Auteur : Hiro Mashima

Éditeur vo/vf : Kodansha/Glénat

Parution : 01/03/2006

Synopsis : Shuda est vivant, et vient en aide au Rave Master pour qu’il puisse échapper aux Oration Seis. Sauf que Rushia s’est lui-même mis en route pour l’interpeler …

Tome précédent (même lien que Dream Team #11)

Tome suivant

Mon avis : Ce tome est un peu comme les précédents : beaucoup d’actions et de révélations.

D’abord dans le combat opposant Shuda à Deep Snow. Le premier qu’on croyait mort a été remplacé par le second au sein des Oration Seis et leur lutte est à la fois une manière de régler leur compte que de mieux comprendre qui ils sont réellement, à travers des flashbacks amplement réussis.

Les nouvelles révélations de ce tome ont également une grande importance. Elles concernent un élément précis de l’intrigue qui, jusqu’à ce jour, restait plus mystérieux qu’autre chose. On le comprend un peu mieux désormais et on se dit qu’on n’est plus très loin d’avoir les réponses à nos questions, surtout quand Mashima parle de la fin de Rave dans sa postface.

Ça fait plaisir de voir qu’Hiro Mashima sait ce qu’il fait. On voit qu’il maîtrise son intrigue d’une main de maître, en nous donnant régulièrement des révélations sans trop en dire pour conserver notre intérêt.

En conclusion encore un excellent tome pour Rave, peut-être un peu moins impressionnant que les précédents mais on reste dans le haut du panier.

PS : Le level de Mashima en dessin est monstrueux alors qu’on est sur un tome sorti en 2003 au Japon. Ça n’a déjà plus rien à voir avec les premiers volumes …

Mes notes

Personnages : 3,5/4

Intrigue : 3,5/4

Univers : 4/4

Dessins : 4/4

Appréciation personnelle : 3,5/4

Total : 18,5/20

Arte #10

Auteure : Kei Ohkubo

Éditeur vo/vf : Tokuma Shoten/Komikku

Parution : 27/08/2020

Synopsis : Mis à part sa lignée aristocratique espagnole, Irene, l’invitée spéciale de Monsiegneur Silvio, reste une cliente pour le moins mystérieuse. Mais sa personnalité attachante et chaleureuse plaît à Arte.

Cette dernière met alors toute sa passion d’artiste dans ses croquis pour combler les attentes de son modèle. Néanmoins, ceux que la portraitiste lui présente n’ont pas l’air de piquer sa curiosité.

Arte s’inquiète et se demande si l’obstacle qui se dresse encore une fois devant elle n’est pas insurmontable …

Tome précédent (même lien que Dream Team #11)

Tome suivant

Mon avis : Enfin à jour !! C’est toujours un plaisir de voir qu’on arrive au dernier volume paru, car cela veut dire que je pourrais m’attaquer à un autre manga prochainement …

Nous nous étions arrêtés à la fin du précédent volume où Arte débarque dans la résidence qu’occupe Irene, mystérieuse aristocrate espagnole dont elle doit faire le portrait mais surtout mentionner les faits et gestes. Pourtant on se rend rapidement compte que ça ne vas pas être si simple, même avec le talent et la passion de notre héroïne.

Ce tome met en avant l’implication, la dévotion à son travail. Car si faire un portrait c’est une chose, faire un portrait qui plaise c’en est une autre. Et si Arte a souvent su conquérir ses clientes, cette fois, comme le dit le synopsis, ce n’est pas le cas, et elle va devoir comprendre pourquoi ce qu’elle propose ne donne aucun ressenti à Irene.

Une remise en question est donc nécessaire, avec ses tenants et aboutissants nous menant rapidement à la conclusion de ce tome. Un volume plus convainquant que les précédents, car l’intrigue est plus développée, encore une fois parce qu’on tourne autour d’Arte mais c’est un point quelque peu gênant qu’il faut souligner.

Mes notes

Personnages : 3,5/4

Intrigue : 2,75/4

Univers : 3/4

Dessins : 3,5/4

Appréciation personnelle : 3/4

Total : 15,75/20

Shine #9

Auteur : Kotoba Inoya

Éditeur vo/vf : Kodansha/Nobi-Nobi

Parution : 21/10/2020

Synopsis : Le regard des spectateurs et des acheteurs rassemblés autour du podium change. Le défilé du grand rival d’Ikuto est lancé, à la fois imposant et tout en délicatesse. Le génie puissant du meilleur étudiant de l’histoire de la FMAD illumine toute la salle. Toh, Ikuto, Kokoro et Chiyuki … Chacun attend les résultats afin de déterminer leur place dans le monde de la mode. Le Grand Prix du défilé de la FMAD va enfin être dévoilé !!

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : Le tant attendu défilé de Toh Ayano arrive enfin, et … lisez-le. Il n’y a pas de mot pour décrire ce que l’on voit, si ce n’est que graphiquement c’est d’une beauté surnaturelle.

Les principaux candidats étant passés on arrive vite à la fin du défilé, qui aura quand même duré deux tomes, et l’heure de connaître le résultat est arrivé … et je suis un peu déçu.

Il devait forcément y avoir des perdants puisque seul le premier remporte le Grand Prix mais quand les explications tombent pour comprendre pourquoi untel a gagné j’ai la sensation que c’est un peu facile. Disons qu’un gros problème a été réglé facilement, un peu trop peut-être.

Pourtant l’impact de la défaite se ressent bien chez les autres. Tous ne réagissent pas de la même manière mais ils doivent comprendre ce qui leur a fait défaut pour pouvoir rebondir. D’ailleurs chez le vainqueur aussi, et ça n’aurait pas été le cas de tout le monde.

Finalement, au fil des pages, c’est un arc, celui du défilé de la FMAD, qui se clôt et un autre qui débute. Mais je ne peux pas en parler pour l’instant.

En conclusion ce tome reste tout de même bon et n’empêche pas que Shine figure parmi les meilleurs mangas de cette année 2020.

Mes notes

Personnages : 3,5/4

Intrigue : 3/4

Univers : 4/4

Dessins : 4/4

Appréciation personnelle : 3/4

Total : 17,5/20

Gloutons & Dragons #8

Auteure : Ryoko Kui

Éditeur vo/vf : Kadokawa/Casterman

Parution : 21/10/2020

Synopsis : L’emprise du sorcier sur le labyrinthe s’étend à tous les étages : où qu’aillent Laïos et ses compagnons, les pièges sont plus retors et les monstres, plus féroces … Mais aussi plus savoureux ? Gare, aventuriers ! À trop écouter votre faim, vous pourriez mettre le pied où il ne faut pas et vous réveiller dans le corps d’un autre … L’heure de la revanche sonne-t-elle enfin pour toutes ces créatures qui ont fini mijotées, rôties et bouillies ?

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : J’ai l’habitude de le dire pour ces mangas au rythme de parution très lent mais replonger dans un manga dont aucun volume n’est sorti depuis un an ce n’est pas simple …

Mais comme la dernière fois on parle d’un titre majeur, fouiller les pages du précédent volume suffisent à me ramener à l’esprit le principal des évènements récents (il le fallait bien vu que le synopsis n’aide pas trop). Pour faire simple on s’était arrêté alors que notre troupe d’aventuriers tente de retrouver Farynn, transformée à moitié en dragon pour lui rendre sa forme d’origine.

Une quête complexe puisque Laïos et ses compagnons descendent plus en plus profondément dans le donjon, et un malheureux évènement leur arrive en début de volume, n’aidant pas leur progression. Pourtant, au final, cette quête n’a pas réellement avancé dans ce tome …

C’est ailleurs que les points les plus intéressants se trouvent. Tout n’est pas suffisamment clair dans mon esprit mais je sais qu’il est question d’intérêts bien plus importants qui concernent l’univers de la série, et qui jusque-là étaient très bien développés rendant le manga plus mature qu’on ne le croit.

En conclusion Gloutons & Dragons reste un manga que j’affectionne énormément mais j’espère que l’intrigue ne va pas traîner en longueur, car c’est tout de même l’impression qui ressort.

Mes notes

Personnages : 3/4

Intrigue : 3,25/4

Univers : 4/4

Dessins : 2,5/4

Appréciation personnelle : 2,75/4

Total : 15,5/20

Parasite édition originale #5

Auteur : Hitoshi Iwaaki

Éditeur vo/vf : Kodansha/Glénat

Parution : 21/10/2020

Synopsis : Démasqués par un détective, Shinichi et Migy se préparent à toutes les éventualités. Mais la menace n’allait pas venir des humains …

Tome précédent

Tome suivant

Mon avis : Dans quelle mesure les parasites peuvent-ils parvenir à passer inaperçus ? Au fil des tomes ils comprennent que le mieux pour eux n’est pas de massacrer gratuitement les humains qui les entourent.

Dans ce cas le groupe formé par Hirokawa est-il dangereux ou cherche-t-il simplement à protéger ses propres intérêts : ceux des parasites ?

Clairement avec ce tome on entre dans une partie intéressante : celle de la quête d’identité. Qui sont les parasites ? Pourquoi existent-ils ? Quelle est leur place dans ce monde ? Peuvent-ils coexister avec les hommes ? Une partie qui va nous mener tranquillement vers la fin de ce manga exceptionnel …

Pas besoin d’en dire plus, il faut lire Parasite pour le comprendre.

Mes notes

Personnages : 4/4

Intrigue : 4/4

Univers : 3,75/4

Dessins : 3,75/4

Appréciation personnelle : 3,5/4

Total : 19/20

Merci à toutes et à tous d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager si c’est le cas ni à me dire ce que vous en avez pensé.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

Autres articles Lectures Manga

Numéro précédent

La suite sur mon nouveau blog Le monde de Floriano

7 commentaires sur “Lectures Manga #38

  1. Hello. Content de voir que tu as été séduit par « Dream Team / Ahiruno Sora ». Au moins, ça veut dire qu’on doit être maintenant 301 à l’acheter (je spécule bien sûr mais bon on sait que ça a été un four). Bon on va pas répéter ce que l’on dit tous (et pour d’autres mangas), c’est dommage que tant de personnes soient passées et pensent que c’est un manga de sport comme un autre. Ce qui est marrant, c’est que pour l’anime, c’est le contraire. Je veux dire que beaucoup de gens qui se sont exprimés ne semblent pas avoir compris/appréciés pourquoi c’est différent. Et puis bon, vu que la qualité visuelle de l’anime n’a pas aidé.
    Ceci dit, le manga de sport (long je précise) est condamné en France comme les comédies tranche de vie. M^me des Haikyuu sur lesquelles les gens s’excitent sur twitter (parce que bon regardé un anime, c’est « facile » de nos jours », les ventes c’est rien.

    Sinon pour ta décision regardant un nouveau blog et le manque de lectures d’autres articles etc., je pense que de toute façon de manière générale, les gens commentent peu maintenant sur ce genres de formats (blog, forum, etc.). Depuis l’avènement de twitter et des chaînes youtube, j’ai l’impression que c’est maintenant le genre de choses que les gens préfèrent. Je connais moi-même des blogs anime, des sites de critique manga (un avec « manga » et « news » dans le titre par exemple) ou encore un podcast manga où si tu compares le nombre de comms/avis même en 2010-2013 par rapport à ces dernières années, ça n’a absolument plus rien à voir. Mais bon, tant que as toujours la passion, c’est le plus important. Et accroches toi pour la suite de « Dream team »!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s