Le football en force / Ao Ashi et Blue Lock tomes 1 et 2

Bonjour à toutes et à tous. Récemment deux mangas de football prometteurs sont sortis en France : Ao Ashi et Blue Lock. Certains d’entre-vous se sont peut-être demandé lequel prendre, alors je vous répondrai que vous ne trouverez pas la réponse ici, car le but de cet article n’est pas de les comparer mais de les présenter, et vous allez voir qu’ils ont assez peu de points en commun, si bien que je pense qu’il ne faut pas choisir … et prendre les deux !!

Le football en force / Ao Ashi et Blue Lock tomes 1 et 2

Ao Ashi – Playmaker #1 et #2

Auteur : Yugô Kobayashi

Éditeur vo/vf : Shogakukan/Mangetsu

Parution vo/vf : Avril et juillet 2015 / 26 mai 2021

Japon région d’Ehime, Aoi Ashito est un collégien jouant dans le club de foot de son collège. Lors d’un match alors qu’il fait forte impression il frappe d’un coup de tête un adversaire se moquant de lui et ses proches, mais cela ne décourage pas Tatsuya Fukuda, entraîneur de la section U-18 du club Tokyo City Esperion F.C. de l’aborder et de lui proposer de participer aux détections qui auront prochainement lieu, avec l’espoir de décrocher une place dans le centre de formation de ce club de première division japonaise.


De ces deux premiers volumes je retiens un point qui se démarque clairement : l’esprit de compétition. Ces détections représentent l’espoir pour tout jeune joueur souhaitant devenir professionnel d’atteindre son rêve. Et on apprendra très vite que les places sont chères, très chères même tant cette première étape est déjà difficile à passer.

Ça me rappelle Ace of Diamond, où les places dans l’équipe titulaire sont aussi difficiles à atteindre, forçant les nombreux membres de l’équipe à se battre, à se surpasser pour devenir les meilleurs et atteindre la lumière. Ce n’est pas le même sport mais l’idée est la même et retranscrit sans doute très bien ce qui se passe dans la réalité. Chaque équipe compte bien plus que onze joueurs, et ce à n’importe quel échelon. Ce qui fait qu’avant de jouer il faut s’imposer et ici c’est même l’idée d’entrer dans le club qui est un défi.

Autre point positif c’est qu’on ne traîne pas en longueur. Dès le premier chapitre l’auteur pose les bases de son récit et nous fait entrer dans le vif du sujet. Ainsi ces deux premiers volumes sont un condensé d’actions, certaines réellement impressionnantes, nous permettant de découvrir le talent latent d’Aoi mais aussi d’autres joueurs qui seront peut-être ses coéquipiers ou ses rivaux par la suite.

Le fait que le sport ne soit pas présenté aide aussi. Ça paraît normal pour nous, européens, où le football est de loin le sport le plus populaire, mais la donne est loin d’être la même au Japon (même si chez nous aussi il y aurait des non-initiés). Ce gain de temps nous permet de voir plus rapidement ce que l’on vient chercher, de l’action, ce qui va me permettre d’enchaîner sur un autre point : les dessins.

Le style graphique de l’auteur fait un peu brouillon au premier abord mais il le maîtrise à la perfection et cela se ressent encore plus dans les scènes en mouvement où la sensation de vitesse dans le déplacement, de puissance dans les frappes et plus globalement l’intensité du jeu est brillamment représenté.

Et là aussi ça me rappelle un autre manga de sport : Dream Team. Mais la maîtrise de Yugô Kobayashi est clairement supérieure à celle de Takeshi Hinata sur ses premiers volumes (ce qui n’empêche pas d’apprécier l’autre bien sûr).

En conclusion l’entrée en matière d’Ao Ashi est plus que réussie sur tous les points. On a ici le lancement parfait d’un shonen sportif avec son héros au tempérament fort qui rêve de titiller les sommets et qui fera tout pour y parvenir.

Note : 9 sur 10.

Blue Lock #1 et #2

Auteurs : Muneyuki Kaneshiro (scénario), Yusuke Nomura (dessins)

Éditeur vo/vf : Kodansha/Pika Édition

Parution vo/vf : Novembre 2018 et janvier 2019 / 2 juin 2021

Suite à la défaite du Japon à la Coupe du monde 2018 la fédération japonaise de football décide de réagir pour passer un nouveau palier et enfin remporter le trophée mondial. Pour ce faire ils créent un internat, le Blue Lock, et confient à l’énigmatique Jinpachi Ego la charge de transformer un des 300 lycéens jouant tous au poste d’attaquant et venus de tout le pays pour qu’il devienne le meilleur attaquant au monde, le joueur le plus individualiste et le plus assoiffé de buts qu’il soit. Nous suivons ainsi Yoichi Isagi, jeune attaquant sans palmarès pour qui l’idée de faire carrière ne semblait même pas évident et qui pourtant se retrouve projeté malgré lui dans cette bataille royale où la loi du meilleur buteur le plus égoïste règne …


Pour ceux qui souhaiteraient réellement comparer les deux, le sport et l’objectif recherché sont effectivement les mêmes mais ça s’arrête là. L’approche de l’art du football que nous propose Blue Lock n’a strictement rien à avoir et le titre dénote même complètement des autres mangas de sport plus classiques.

On nous offre un mélange entre deux mondes, celui du sport, avec le football, les rêves de jeunes joueurs prometteurs pour atteindre les sommets et remporter les trophées les plus prestigieux, et de la bataille royale, ou la moindre épreuve peut mener à l’élimination d’un autre membre, et cet esprit « chacun pour soi » qui oblige à construire cet individualisme recherché par Jinpachi Ego.

Justement ce dernier est de loin le personnage le plus énigmatique de la série à l’heure actuelle. Il paraît totalement fou, possédé par son envie de créer le plus grand attaquant du monde, et surtout on ne sait rien sur lui.

Les autres personnages, à savoir les joueurs, ne sont pas en reste. Ils ont tous le même objectif et se retrouvent contre leur gré à devoir s’affronter les uns les autres. La passion qui les anime, et leur instinct de buteur ressort clairement dans ces deux premiers volumes où leur vision du football a été durement touchée et remise en cause.

Graphiquement c’est très propre. Yusuke Nomura n’en est pas à son premier titre et son travail fait mouche à chaque fois. Notamment les yeux des personnages, où on voit leur caractère de buteur inné ressortir, où on ressent ce sentiment qu’ils sont possédés sur le terrain.

En conclusion Blue Lock aussi est validé après avoir joliment réussi son entrée en scène. Ces deux volumes nous donnent déjà leur lot de drama et de batailles intenses où chacun doit être sur le qui-vive pour prendre l’avantage sur l’autre à chaque instant, la moindre erreur pouvant être fatale.

J’ajouterai juste une chose : on vient d’assister à un kidnapping, non ? En tout cas vu comment c’est présenté ça me donne cette sensation … (c’est qu’un détail, en plus ça se règle vite, donc n’y faites pas plus attention).

Note : 8 sur 10.

Conclusion

Je me répète encore mais Ao Ashi et Blue Lock n’ont vraiment que le football en point commun. On a d’un côté un shonen sportif parti pour suivre les routes classiques tracées maintes et maintes fois par ses prédécesseurs (alors qu’il est prépublié dans un magazine seinen, d’ailleurs) et de l’autre une bataille royale sur fond de sport où seul le vainqueur passe à l’étape suivante.

N’hésitez donc pas à lire les deux, vous plongerez dans deux univers totalement différents, bien que l’objectif soit sensiblement le même, nous prouvant qu’il y a plusieurs manières de l’atteindre.

Débuté en 2015, Ao Ashi est toujours en cours de parution avec 24 volumes parus à ce jour. Le troisième sort début juillet. Un anime a été annoncé pour 2022.

Débuté en 2018, Blue Lock est lui aussi toujours en cours de parution avec 14 volumes parus à ce jour. Il faudra attendre août cette fois pour avoir la suite.

Merci d’avoir lu cet article. J’espère qu’il vous a plu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, surtout que c’est la première fois que je teste ce genre d’articles.

Ma préférence entre les deux ? Les deux m’ont convaincu mais Ao Ashi est plus proche du coup de cœur pour ma part.

Sur ce, bonne journée/soirée à toutes et à tous et à bientôt pour parler de mangas sur Parlons Manga ^^

5 commentaires sur “Le football en force / Ao Ashi et Blue Lock tomes 1 et 2

  1. Je partage tout à fait ton point de vue sur la question. Les deux m’ont énormément plu et me semblent suffisamment différents pour que ça vaille clairement le coup de prendre les deux séries.

    Me concernant, je trouve l’entrée en matière de Blue Lock plus forte, grâce à son concept et à Ego, mais je me dis que sur la durée, Ao Ashi risque de davantage s’illustrer.

    Aimé par 1 personne

    1. Pareil, le concept de Blue Lock est tellement perché que son départ est fulgurant alors qu’Ao Ashi ce sera sur la longueur qu’on le jugera, le titre devrait monter en puissance au fil des tomes, ce qui ne m’a pas empêche d’adhérer davantage aux personnages de ce titre (le coach ou Aoi) d’où ma préférence.

      J'aime

  2. Moi je suis vraiment branché à fond sur blue lock j’ai suivi en scan depuis le début et franchement j’adore.
    Avec les captain tsubasa comme seul manga de foot dans ma collection je dois dire que blue lock apporte un bon vent de fraicheur dans ce sport.
    Je n’ai pas encore feuilleté ao ashi par peur du doublon et de souffrir la comparaison vu mon coup de coeur avec blue lock.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s